AFPC

Association Française de Pleine Conscience

10 septembre 2016
de admin
Commentaires fermés sur Les pensées peuvent aller …

Les pensées peuvent aller …

« Les pensées peuvent aller dans des milliers de directions, mais sur ce magnifique chemin, je marche en paix. À chaque pas, le vent souffle, à chaque pas, une fleur éclot » (Thich Nhat Hanh)

 

sur ce chemin magnifique je marche en paix

5 avril 2016
de admin
Commentaires fermés sur La pleine conscience pour aider les enfants à gérer leur stress

La pleine conscience pour aider les enfants à gérer leur stress

Les enfants sont de plus en plus stressés. Pour les psychologues, le burn-out ne concerne plus seulement les adultes, mais aussi désormais les enfants. Très jeunes, beaucoup d’entre eux ont des objectifs de performance comparables à ceux des adultes, sont sous pression pour avoir un beau bulletin et ont un rythme de vie trop rapide. Difficile de chiffrer l’ampleur du problème, mais les spécialistes s’accordent pour dire que le phénomène va grandissant. Face à cela, il y a diverses solutions, dont le recours aux médicaments …

La suite ici:

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_enfants-stresses-la-pleine-conscience-a-l-ecole-comme-solution?id=9260192

 

9 juin 2014
de admin
Commentaires fermés sur L’importance de l’Acceptation en Pleine Conscience

L’importance de l’Acceptation en Pleine Conscience

Dans l’apprentissage de la Pleine Conscience, il existe de nombreux exercices, un corpus théorique toujours renouvelé et très intéressant. Cependant soyons vigilant à ne pas nous perdre dans des concepts intellectuels complexes … car alors c’est notre mental qui reprend le pouvoir et nous écarte immanquablement du moment présent. Certaines notions simples nous permettent de garder le contact avec cette vérité du moment Présent. Parlons ensemble de la notion d’Acceptation.

La non-acceptation peut prendre de multiples formes, très subtiles et difficiles à déceler. Elle est souvent synonyme d’évitement et de résistance dans notre vie quotidienne … Par exemple:

– Lorsque nous pensons au passé ou au futur, nous n’acceptons pas simplement le moment présent

– lorsque nous portons un jugement sur une personne (même positif), nous sommes dans une forme de non-acceptation: notre mental n’a pas besoin de surajouter des concepts ou des étiquettes à une réalité qui se suffit à elle-seule

– lorsque nous regrettons chez une personne qu’elle ne nous accepte pas tel que nous sommes, nous sommes également dans la non-acceptation …

– lorsque nous remettons à demain une chose que nous devrions faire maintenant, nous sommes dans cette résistance de la non acceptation

– lorsque nous désirons ajouter ou modifier quelque chose du présent, nous sommes dans la non-acceptation.

La pratique, »l’incarnation » de la Pleine Conscience ne s’arrête pas quand nous quittons notre coussin de méditation. A chaque instant, nous devons exercer notre vigilance et prendre conscience de ces petites résistances de notre mental, qui millimètre par millimètre finissent par mettre une distance immense entre nous et la réalité telle qu’elle est.

Alors dès l’instant où nous sentons la peur, la frustration, le découragement, le désir, la colère etc. ouvrons notre coeur et laissons le flot de la vie, le miracle du moment Présent s’écouler doucement à travers nous sans aucune résistance … c’est cela la pratique de l’Acceptation en Pleine Conscience.

Belle journée à vous,

Julien, pour l’AFPC.

Association Française de Pleine Conscience

www.pleineconscience-france.com

www.facebook.com/associationfrancaisedepleineconscience

 

24 février 2014
de admin
Commentaires fermés sur L’identification

L’identification

La méditation de Pleine Conscience nous aide à mettre fin au processus d’identification et à se libérer de nos identifications qui font dépendre notre Bonheur de conditions extérieures, le rendant nécessairement impermanent.

L’identification est un des phénomènes les plus subtils à détecter et à comprendre quand nous pratiquons la méditation.

Comme je le répète souvent en session, la méditation peut se pratiquer à plusieurs « niveaux » d’engagement:

–              Comme un exercice de « santé mentale », 1 fois par semaine, comme nous faisons notre jogging tous les dimanches

–              Comme une démarche globale, profonde et puissante de changement.

Précisons que l’un n’est pas meilleur que l’autre, ils correspondent simplement à des démarches différentes.

Dans le deuxième cas les sessions de pratique ne suffisent pas. Il faut idéalement rester tout au long de la journée vigilant par rapport à tous nos « réflexes » d’identification qui viennent renforcer l’égo et vont à l’encontre de la démarche méditative de déconditionnement, de dés-identification.

Mais pour reconnaître une chose, mieux vaut d’abord la connaître …

Alors qu’est-ce que l’identification ?

Proposons une définition : l’identification est le mécanisme d’inclusion d’éléments tiers dans ce que nous reconnaissons comme notre individualité, avec comme conséquence une souffrance émotionnelle lorsque ces éléments sont modifiés négativement selon notre propre système de croyance.

Par exemple : je m’identifie à mon apparence extérieure. Donc lorsqu’une personne critique cette apparence cela provoque chez moi une souffrance émotionnelle.

Je m’identifie avec un statut social : si je perds/change d’emploi pour un emploi moins valorisé socialement (en tous les cas dans mon propre système de croyance), cela me fait souffrir.

Le problème est que toutes ces choses auxquelles je m’identifie sont par nature « impermanentes » … donc toute identification a forcément pour corollaire une forme de souffrance : le PDG sera un jour retraité, la belle et fraîche jeune femme va vieillir etc.

Mais au-delà de ces exemples qui font en général un large consensus, le mécanisme d’identification peut être beaucoup plus subtil: ainsi je peux m’identifier aux signes de reconnaissance/d’amour que m’adressent les autres (les fameuses « strokes » ou Caresses, en Analyse Transactionnelle). Ainsi si mon mari/femme ne me souhaite pas mon anniversaire, j’en suis affecté … si une personne que je connais ne me salue pas dans la rue, j’en suis affecté … si une personne ne respecte pas ma priorité en voiture, j’en suis affecté …

Et citons également la ruse « suprême » de notre mental: je peux également m’identifier à mon propre cheminement spirituel ! (ce qui se nomme communément « Ego spirituel »)

Tous ces exemples d’identification sont très délicats à gérer. En effet la nature « positive » des éléments extérieurs auxquels je m’identifie (la reconnaissance, les preuves d’amour, mon cheminement spirituel etc.) nous fait percevoir cette identification comme totalement « légitime » : je trouve « légitime » qu’une personne qui partage ma vie n’oublie pas mon anniversaire, qu’un automobiliste me cède le passage etc.

Pourtant il s’agit bien du même mécanisme qui aboutit nécessairement à une souffrance émotionnelle.

Alors … restons vigilants.

Il est possible par la pratique méditative de la Pleine Conscience de développer une qualité de Bonheur totalement indépendante des conditions « extérieures ».

Ce « contentement » serein et stable est d’ailleurs peut-être la

marque la plus sûre du progrès sur notre chemin et donc un baromètre idéal de notre démarche de développement personnel.

La méditation de Pleine Conscience pratiquée tout au long de la journée à travers la pratique de la Vigilance est un outil efficace pour développer cette qualité d’Etre. 🙂

Bonne journée à tous,

Julien pour l’AFPC

Association Française de Pleine Conscience

www.pleineconscience-france.com

www.facebook.com/associationfrancaisedepleineconscience

10 janvier 2014
de admin
Commentaires fermés sur Tiens toi droit et souris

Tiens toi droit et souris

« Et quel est-il cet enseignement qu’on vient de loin pour entendre et qu’on entend pleinement quand on donne sa vie pour le recevoir ?

Le voici, mon fils:
Tiens toi droit et souris.

Fais cela en tout temps, à l’heure de la mauvaise humeur comme à l’heure de la bonne humeur, devant ceux qui te plaisent et ceux qui te répugnent.

Dans l’aise ou dans la gêne,
Dans la misère ou l’opulence.
La maladie ou la santé,
Tiens-toi droit et souris.

Parmi ceux qui se précipitent,
Ceux qui s’agitent dans le vide
Ou se cognent l’un contre l’autre,
Tiens-toi droit et souris.

Parmi les gens qui jouent des coudes,
Ceux qui tendent les mains pour prendre,
Ou bien qui rampent et louvoient,
Tiens-toi droit et souris.

Parmi ceux qui discutent
Et ceux qui s’injurient,
Ceux qui serrent les poings,
Ceux qui lèvent les armes,
Tiens-toi droit et souris.

Au jour de la colère
Et de la débandade,
Lorsque tout croule et flambe,
Toi seul debout dans la panique,
Tiens-toi droit et souris.

Devant les justes au cou raide,
Les juges aux vertus sanglantes,
Les importants qui se démènent,
Tiens-toi droit et souris.

Qu’on fasse ton éloge,
Qu’on te crache à la face,
Tiens-toi droit et souris.

Chez toi parmi tes proches,
Tiens-toi droit et souris.
Devant ta bien-aimée,
Tiens toi droit et souris.

Dans les jeux et les danses,
Tiens-toi droit et souris.

Dans la veille et les jeûnes,
Tiens-toi droit et souris.

Seul dans le haut silence,
Tiens-toi droit et souris.

Au bord du grand voyage,
Même si tes yeux pleurent,
Tiens-toi droit et souris.

Je vous le dis, celui qui sait faire cela en tout temps, par tempête comme par beau temps: garder envers et contre tous droiture et bienveillance, celui-là, c’est un Saint, un enfant pour l’éternité. »

Lanza Del Vasto, approches de la vie intérieure.

 

Julien, pour l’AFPC

Pleine Conscience à Montpellier et dans la Région,

www.facebook.com/AssociationFrancaisedePleineConscience

10 janvier 2014
de admin
Commentaires fermés sur La méditation de Pleine Conscience est un acte d’Amour

La méditation de Pleine Conscience est un acte d’Amour

Quand nous pratiquons la méditation de Pleine Conscience, il faut travailler le lâcher-prise sur l’acte lui-même de méditation. Dès qu’il y a attachement, il y a construction (interprétation) du mental autour de l’objet auquel nous nous attachons, il y a donc illusion. C’est à travers de sessions de méditation parfois un peu « difficile », car par exemple inconfortable, que nous découvrons en profondeur ce que veut dire le lâcher-prise, et à partir de là la véritable nature de la méditation, qui n’est autre qu’un acte d’Amour.

Session passionnante hier soir. J’ai proposé aux participants de changer un peu la configuration de la session et de prendre plutôt des chaises (très inconfortables) pour s’asseoir !

Nous avons pu alors entrer au cœur du processus méditatif et mieux comprendre ce que le lâcher prise voulait dire !

En effet très souvent nous faisons de la session de méditation une zone de confort, un moment privilégié et préservé qui nous « repose » du monde extérieur, voir qui nous permet de le fuir, en nous attachant à la poursuite d’un idéal transcendant bien éloigné du quotidien et de ses contrariétés !

Nous passons donc d’une illusion à une autre avec pour seule conséquence de rendre encore plus difficile notre vie quotidienne !

Comprenons bien qu’il s’agit là d’une ruse de notre Mental qui est toujours prêt à nous « tromper » de manière très subtile.

Méditer ce n’est pas cela. Méditer c’est épouser le réel tout en modifiant notre façon d’Etre à ce réel.

Comme le dit Yvan Amar, passer de l’état de « victime » du Réel à celui de « Disciple » du Réel.

Ainsi parce que nous ne « réagissons » plus aux événements en fonction de nos conditionnements, par ce que nous restons dans cette « vigilance silencieuse » et dans ce « lâcher-prise » fac e à tout ce qui surgit, nous provoquons en nous une véritable révolution intérieure.

Au cœur de ce silence méditatif qui observe sans juger, se construit progressivement un monde d’Unité, qui abolit la dualité, le jugement, la séparation … alors émerge une Paix qui réconcilie ce qui auparavant nous semblait opposé  … et au cœur de ce « nouveau » monde (qui a toujours existé mais que nous redécouvrons), surgit à partir de ce Silence et cette Paix une lumière qui imprègne tout : l’Amour.

Car l’Amour est ce qui reste quand toute l’illusion de la séparation – fruit du mental conditionné – est abolie. C’est le grand secret transmis par les sages de toutes les traditions.

L’Amour est notre nature véritable que la méditation de Pleine Conscience nous permet de laisser émerger.

La méditation est donc avant tout un acte d’Amour J

Belle journée à tous,

Julien pour l’AFPC

Méditation de Pleine Conscience sur Montpellier et sa Région

www.pleineconscience-france.com

www.facebook.com/AssociationFrancaisedePleineConscience