AFPC

Association Française de Pleine Conscience

Métaphore et changement


La métaphore est un outil puissant de changement.

Le bouddhisme japonais zen utilise les koans, que le maître soumet à l’élève pour le forcer à sortir du mode de fonctionnement limitant d’une pensée dualiste. L’hypnose l’utilise en thérapie pour suggérer au patient de nouveaux processus de pensée « efficaces ». La métaphore nous guide subtilement vers l’évolution en évitant la résistance du mental conditionné.

Ecoutons cette histoire du folklore suédois : « une jeune (et bien-sûr magnifique !) fille a été donnée en mariage par son père à un
terrible dragon. Terrifiée par la perspective de la nuit de noce, elle va demander conseil à une vieille femme réputée pour connaître très bien les Hommes. Cette dernière lui conseille d’enfiler 10 robes de mariée l’une sur l’autre. La nuit de noce venue, le dragon demande à la jeune fille de se déshabiller : « d’accord, mais à chaque fois que j’enlève une robe, tu dois toi aussi enlever une couche d’écaille ». Le dragon s’exécute, robe après robe. Très vite, la douleur devient insupportable. Il ne peut retenir ses larmes. La jeune fille est surprise – presque émue – de voir le terrible dragon pleurer ainsi devant elle et révéler sa faiblesse. Cependant elle reste inquiète, il ne lui reste plus qu’une robe … Mais au moment où le dragon enlève sa dernière couche d’écaille, le miracle se produit et il se transforme en beau et merveilleux prince. «

Cette histoire est une métaphore de l’évolution spirituelle et du processus thérapeutique. En pratiquant la méditation, nous nous allégeons de toutes ces couches de conditionnement accumulées au cours de la vie et qui nous éloignent d’un rapport équilibré avec le monde et avec nous-même. Le processus est douloureux, libérant de puissantes émotions enfouies profondément, nous obligeant à faire face sincèrement et courageusement à nos propres limites. Mais au bout du chemin nous attend un immense soulagement et le spectacle éblouissant d’une vie étonnante de lumière quand elle est observée directement, sans le filtre terne et déformant du mental conditionné.

Nous retrouver également sur: